Selon Félix Guattari, (Les trois écologies)   l’écosophie “sera amenée à chercher des antidotes à l’uniformisation mass-médiatique et télématique, au conformisme des modes, aux manipulations de l’opinion par la publicité, les sondages, etc.”.
C’est Philippe Gaberan, dans son  livre « Etre adulte éducateur, c’est… » dont j’ai déjà parlé ici, qui cite ainsi Guattaru, et me fait découvrir une approche qui raisonne énormément avec ce que j’ai essayé d’exprimer avec mon * Alter coaching ou  coaching écologique…

Philippe Gaberan se nourrit de cette écosophie pour traiter rudement les méthodes modernes d’éducation et de management,… et j’aime ça! Car oui la critique de la société n’est pas réservée à des livres militants, et on ne peut s’y soustraire dès lors qu’on travaille sur l’éducation ou l’accompagnement personnel.

Page 187: “Être adulte éducateur [et j’aurais envie d’ajouter coach et mentor, mais je ne suis pas l’auteur] c’est de façon essentielle et existentielle œuvrer à la transmission des ressources et à la culture de tout esprit critique. De toute évidence, cet élan progressiste dérange le mouvement qui, à l’inverse, impulse la stérilisation des semences, la crétinisation des esprits et le machinement de l’humain.”

Page 169: “Ceux qui machinent les institutions ont dans la tête le modèle d’une vie sans vie [quantitatif contre qualitatif, avoir contre être, mesure unique de la performance, mépris des plus faibles, automatisation, dénis des atteintes à l’environnement et des limites des ressources de la planète] que, dans leur délires technocratiques, ils rêvent d’imposer à la communauté humaine.”

Page 156: “Ces trente dernières années, la figure du ‘manager’ est venue détrôner celle de l’éducateur. Le mot de management a pris une place importante dans les discours au fur et à mesure de son usage par une économie libertarienne; il a pris le sens de ‘tenir en main’ en lieu et place de ‘prendre en main’.  (…) Se prendre en main, dans l’économie marchande, peut être le geste par lequel s’effectue une mise au pli qui est aussi un rappel à l’ordre. Dans une économie des plaisirs, il peut être celui d’une jouissance égoïste et éphémère.
Dans l’écosophie de l’être, se prendre en main préfigure un élan joyeux vers demain.”

Page 173: “Contre le machinement des êtres et des institutions, il est urgent de renouer avec un processus de transmission qui ne soit pas un clonage des esprits mais une transformation liée à la part artiste de chacun”.

Pour en savoir plus: