Le paiement en conscience (chez nous!)

C’est quoi la participation consciente ?

La participation conscience vous invite, vous “client” à rémunérer des “prestataires” (nous en l’occurrence) non plus à partir d’un tarif, mais en vous permettant de décider, en toute conscience, ce que vous êtes prêt-e, à un instant T, à offrir à ces prestataires pour ce que vous avez reçu et vécu. L’idée essentielle est de sortir d’une logique où les prestataires font autorité sur les tarifs, d’être co-responsables quant aux prix, et donc de travailler ensemble notre relation à l’argent. C’est un pari, une expérience, et nous faisons confiance à cette approche qui a fait dans de nombreux contextes ses preuves. Nous expliquerons tout cela en détail lors de notre stage, et vous le verrez, on s’y fait tout à fait. Si vous voulez en savoir tout de suite plus, voici un panorama plus exhaustif.

Nous croyons à cette modalité pour plusieurs raisons:

  • Elle renverse les habitudes, qui tendent à faire du prestataire celui qui a le pouvoir de faire des prix, et du “client” un consommateur qui doit choisir entre accepter le tarif (avec plaisir ou pas) ou demander des rabais car manquant de liquidités.
  • Elle nous épargne, à nous prestataires, la pratique des rabais pour ceux qui manquent de fonds, et les risques de frustrations pour tous les intéressés (tel celui qui est dans le besoin, n’a pas demandé un rabais, et voit son voisin, qu’ils juge plus riche que lui, obtenir un rabais…, pour ne citer qu’un exemple).
  • Elle rend au client sa responsabilité dans l’acte marchant, en connaissance : 1) de la satisfaction produite par l’expérience, 2) de l’envie de soutenir une pratique qu’il juge utile à la société, 3) des moyens dont il dispose en cet instant. Or, dans une pratique de développement personnel ou de thérapie, vous aurez compris que la responsabilité et l’autonomie du client nous mobilise beaucoup!
  • Elle peut inviter aussi chacun à se questionner sur la valeur des choses, pratique rare dans le système de tarification imposée, et pas seulement la valeur des choses, mais aussi celle d’une présence, d’un accueil.
  • Elle développe le lien et la transparence entre le client et le prestataire.
  • Enfin, elle nous permet à nous aussi, prestataires, de changer notre regard sur la rémunération, sur le fait de recevoir, sur le don de chacun. C’est un bel exercice pour nous d’abandonner toute attente, de faire confiance, d’accueillir chaque don, financier ou matériel, avec gratitude, sans évaluation ni jugement. Merci!

La participation consciente n’est pas une pratique aisée mais elle peut apporter beaucoup, justement par le lâcher-prise qu’elle exige en matière d’argent, sujet oh combien brûlant.

Comment évaluer la valeur ?

Si vous êtes vraiment perdu, voici quelques éléments, même si nous vous invitons à ne pas vous y enfermer, et à interroger aussi votre cœur et votre inspiration: quelle somme considérez-vous comme juste pour vous et pour nous, aujourd’hui?

  • Vous pourriez repenser à ce que vous avez dans le passé payé pour d’autres stages, ou aller voir chez d’autres prestataires les tarifs classiques qu’ils annoncent.
  • Vous pourriez compter avec le fait que pour animer de tels stages, il est impossible de travailler à plein temps. Il faut des espaces de temps “vides” entre les stages, pour retrouver son énergie et se rendre pleinement disponible au prochain stage. Ainsi les sommes rassemblées ne constituent pas un revenu quotidien chez les animateurs de stage.
  • Vous pourriez revenir à vous et voir ce que vous gagnez par mois, histoire de vous demander si vous jugez que nos revenus devraient se ressembler…ou pas! Attention toutefois si vous êtes salarié, carce n’est pas tout à fait comparable: le travailleur indépendant perd environ 50% de ce qu’il gagne en administration (comptabilité par exemple), assurances, charges sociales, retraite personnelle, déplacements professionnels, formation continue, etc.
  • Vous pouvez garder en tête que votre don sera partagé entre les animateurs et ne rémunère par que leur présence durant votre stage (voir colonne de droite ici).
  • Si vous avez une situation financière confortable, vous pourriez aussi envisager de donner “plus que de raison” (Ah, la raison!)  afin de soutenir notre pratique (par définition peu rentable!) et/ou de contribuer à la part d’un-e participant-e qui lui manquerait en ce moment de moyens.
  • Enfin vous pouvez échanger avec d’autres. En effet, chez nous la participation consciente se joue à la fin du stage, après une ultime présentation de cette approche et un moment, sans les animateurs, où vous pourrez partager avec les autres participants vos réflexions ou sentiments avant de décider de votre don.

Repères: que paye votre participation consciente?

Essentiellement notre travail! Nous pouvons préciser: la plupart du temps nous animons nos stages à deux. Un stage d’un week-end nous implique chacun en tout 4 jours en moyenne, puisqu’il faut compter :

  • la conception du stage lui-même,
  • les achats,
  • les briefings,
  • la gestion des inscriptions,
  • l’achat, l’entretien et le remplacement du matériel (sono, instruments de musique, linge,…),
  • la préparation des lieux,
  • le stage lui-même (des journées de 10 à 12h),
  • le rangement final,
  • les debriefings, etc.
  • la location (ou la construction et l’entretien !) de la salle d’expression

Un week–end animé par 2 personnes, c’est donc 2 jours + 2 jours X 2 animateurs = “8 jours homme”, comme on dit dans le business.

Cette participation ne paye pas votre hébergement (logement, nourriture, tisanes, collations,..) que vous aurez payés à part, en paiement classique, à notre hébergeur.

Y-a-t-il d'autres moyens de participer ?

Il arrive que nous acceptions qu’une part de la participations soit offerte en nature. Par exemple, un participant juge la somme qu’il peut donner en ce moment insuffisante, nous pouvons envisager une sorte de troc, cette personne pouvant par exemple participer aux préparatifs, donner un coup de main à l’entretien des lieux ou nous “troquer” un service qui fait partie de ses spécialités. Ce don en nature est discuté au cas par cas, car nous n’avons pas toujours un besoin spécifique!…