Accompagner des humains revient de plus en plus à accompagner des êtres s’interrogeant sur leur place dans cette société délirante qui est la nôtre aujourd’hui, et sur l’avenir de cette société. Un thème qui me touche en tant qu’accompagnant, mais qui me renvoie bien sûr aussi à moi-même en tant qu’individu. Moi, un genre de désespéré de l’environnement, décroissant à ses heures, aujourd’hui vacciné des messages à la “Demain” (qui sont répétés depuis 40 ans alors qu’à l’époque on nous donnait 20 ans pour réagir), doutant aussi des chances d’une révolution pourtant nécessaire et, encore plus, du survivalisme qui éclot. Une fois que tout cela est dit, et surtout les doutes sur le “faire sa part” , car “La transition, la croissance verte… sont des perfusions qui retiennent l’ancien monde et entravent la construction du nouveau (1) “, on me rétorque généralement, un brin agacé : “Et alors, qu’est-ce que tu proposes?“… Comme si faire nos ‘petits gestes’ nous dédouanait de toute réflexion, comme si interroger était abandonner, comme si confronter, prendre conscience, réellement, en profondeur et par là se tenir ouvert, curieux, prêt à toutes les nouvelles, bonnes et mauvaises, sans panique mais “alerte”, était devenu suspect. A l’image d’une société qui adule les solutions toutes faites, le doute semble devenu prohibé.

Regarder le monde en face doit être une source de satisfaction (2)

Alors pour vous rassurer, sachez qu’il existe des tas d’inconnus passionnants qui ne prêchent rien, ne s’insurgent pas, mais s’interrogent authentiquement et, il me semble, font beaucoup de bien aussi par cette humilité face à l’inconnu et ce courage de regarder avec acuité sans avoir de réponse prêt-à-porter. Hommage cette semaine à Valérie et Marc, partis ainsi sur leurs vélos interroger des Français sur l’effondrement qui s’annonce. Non pas pour transmettre un message, ni recueillir de quoi tenir un blog (horrreur), mais simplement discuter. Leur interview audio est diffusé ici et provient du site presages.fr, plus qu’intéressant.

(1) Sandrine Roudaut, auteure et co-fondatrice de la maison d’édition La Mer Salée
(2)
Valérie et Paul (le site pour en savoir plus sur leur voyage)